Le Savon naturel: comment et pourquoi ?

La formule du savon est très simple :

huile + soude + liquide = savon + glycérine

C’est ce que l’on appelle la saponification, tous les éléments sont transformés.

C’est un procédé qui se veut plutôt confidentiel, puisque actuellement en France nous sommes environ une dizaine de savonniers à exercer.

Chaque savon est découpé et étiqueté à la main et cette fabrication artisanale de qualité ne génère pas de grosses productions. Elle est cependant strictement encadrée par la réglementation en matière de vigilance cosmétique:

• déclaration à l’ANSM (Anciennement AFSSAPS),

• dépôt des recettes de savon aux trois centres anti-poison de Paris, Lyon et Marseille.

• étiquetage draconien puisque chaque ingrédient incorporé dans le savon doit figurer sur l’étiquette avec son nom latin et dans un ordre bien précis. L’étiquetage indique toujours la proportion des ingrédients contenus en ordre décroissant.

Vous l’avez compris, faire du savon, ce n’est pas uniquement « touiller » la pâte dans la casserole.

Mais voici quelques explications concrètes pour faire la différence entre les deux procédés:

Dans le procédé industriel, la glycérine est séparée du savon pour être revendue. Le savon obtenu est donc ‘déglycériné’, faisant ainsi du savon un produit agressif.

Les industriels du savon ne saponifient plus, ils mélangent des ingrédients : bondillons (base de savon neutre), colorants, parfums, etc. et parfois de la glycérine pour améliorer leur message publicitaire.

Le savon privé de sa glycérine étant agressif, la solution pour les industriels est de supprimer… le savon !

Il vous arrive donc d’acheter du « savon sans savon ». Il s’agit en fait d’un produit issu des dérivés du pétrole avec des additifs, des colorants et des conservateurs qui assèchent et abîment la peau. Il suffit de constater la recrudescence des eczémas et dermatoses diverses surtout sur les enfants, pour s’en convaincre.

Il apparaît donc tout naturel de redoubler de vigilance sur la nature des produits que l’on met sur notre peau.

Dans le procédé de saponification à froid, celui que j'utilise, les huiles sont très peu chauffées. Le savon est élaboré par un «maître savonnier» qui choisit les ingrédients en fonction de la destination de son savon : des huiles végétales, de première pression et bio de préférence, des huiles essentielles pour leur côté « soin » mais également pour leur odeur, des colorants naturels comme les argiles, les infusions de fleurs, les jus de fruits ou de légumes, du lait, des fleurs, des graines,…bref, tout ce qui peut faire cohabiter santé et plaisir dans nos salles de bains.

C’est aussi pour cela que les couleurs de savons naturels peuvent paraître uniformes. Si vous croisez sur votre route du savon naturel vert pétard ou rose fluo, fuyez, ce n’est pas une bonne adresse.

Pour mes savons, je choisis de donner un « surgras » de 5 % afin que les huiles choisies exercent leur action d’hydratation de manière optimale.

J’utilise des produits qui ont de préférence le label BIO. Le plateau du Vercors est riche en fournisseurs de produits naturels de qualité, que ce soit en lait de vache, chèvre, ânesse bio, en fleurs, cire d’abeille, miel. De plus, c’est aussi un plaisir pour moi de m’approvisionner chez mes « voisins ».

J’élabore les recettes en fonction de la demande, de la saison, des propriétés que je veux donner à mon savon, et le plus long est d’attendre la fin de la période de séchage, que l’on appelle la « cure » entre 4 à 6 semaines.

Seule exception dans l’utilisation des huiles végétales : l’huile de palme que je boycotte, puisque sa culture est devenue un véritable fléau pour la planète.

Je vous renvoie vers l’article suivant pour en savoir plus :

http://www.autourdubio.fr/?post/Lhuile-de-palme-%3A-une-bombe-climatique-a-retardement

Désormais, vous savez tout sur les ingrédients à privilégier lors de l'achat de votre savon.